HISTORIKA
forum littéraire en partenariat avec division-charlemagne.net
 
 FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   S’enregistrer 
 Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 



  
     
En coopération avec le site DIVISION-CHARLEMAGNE.NET       
          site historique sur les volontaires français de la Waffen-SS 
[Étude] Gestapo & polices allemandes

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    HISTORIKA Index du Forum -> Chapitres et extraits sur les volontaires Français -> Sur la Milice, NSKK, OT, Kriegsmarine...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Charles
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 3 957
Localisation: France
Masculin 龍 Dragon
Point(s): 4 931
Moyenne de points: 1,25

MessagePosté le: Ven 26 Mai - 14:59 (2017)    Sujet du message: [Étude] Gestapo & polices allemandes Répondre en citant

Publication des travaux du colloque "La police de sécurité allemande et ses auxiliaires en Europe de l’Ouest occupée (1940-1945) : nouvelles recherches et perspectives comparées" tenu au Mémorial de Caen (08 Novembre 2012), et, comportant les éléments consacrés à la Milice Française :

Gestapo & polices allemandes
(France, Europe de l'Ouest 1939-1945)




Auteur : Collectif
Pages : 400
Édition : CNRS
Collection : HISTOIRE
Parution : 05 Janvier 2017
ISBN-10: 227108945X
ISBN-13: 978-2271089458

Synopsis :

Des hommes en imperméables de cuir surgissant d’une cylindrée noire, le supplice de la « baignoire » et autres tortures, la déportation des résistants et de la population juive, les exécutions sommaires de l’année 1944 : la Gestapo. Au-delà de ces images, qui étaient ces hommes qu’on imagine assistés dans leurs basses besognes par des collaborateurs français tel le Lucien Lacombe de Louis Malle ?

L’ambition de cet ouvrage qui s’appuie sur les recherches d’une jeune génération d’historiens internationaux est d’offrir pour la première fois en France une synthèse sur cet acteur central de la répression et de la Collaboration. Les auteurs questionnent aussi bien le recrutement que le mode de fonctionnement de la police allemande, le rôle de ses auxiliaires nationaux ou encore l’activité des tribunaux militaires d’après-guerre et la stratégie de défense des inculpés jusqu’au procès Eichmann en 1961. S’inscrivant dans une perspective résolument transnationale, ils replacent le cas français dans un cadre européen et s’interrogent sur les points communs comme les divergences d’un espace à l’autre d’une administration qui marqua durablement l’Europe à l’heure allemande.


À propos des auteurs :

Patrice Arnaud, professeur d’histoire-géographie au lycée Carnot (Paris XVIIe), agrégé et docteur en histoire, a notamment publié Les STO. Histoire des Français requis en Allemagne nazie (2010, réédition « Biblis » 2014).

Fabien Théofilakis, agrégé d’histoire, est maître de conférences à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a notamment publié Les Prisonniers de guerre allemands, France (1944-1949). Une captivité de guerre en temps de paix (2014), et a codirigé La Captivité de guerre au XXe siècle : des archives, des histoires, des mémoires (2012).


Sommaire :

- Table des sigles

- Chapitre 1. Qui dirigeait la police allemande en France sous l'Occupation ?
    Responsabilités individuelles et plaidoyers pro domo : Karl Oberg et Helmut Knochen devant le tribunal militaire de Paris (1940-1954)
    Une Sipo-SD privée de compétences exécutives ? (194o-1942)
    Direction et prises de décision au sein de la Sipo-SD en France (1942-1944)

- Chapitre 2. Entre collaboration d'État et collaborationnisme
    Les policiers français au service de la "Gestapo" et de la répression antijuive à Paris (1941-1942)
    Un "service allemand" à la préfecture de Police
    Vers la police des Questions juives

- Chapitre 3. La Milice française, un auxiliaire de la police de sécurité allemande ?
    L'exemple du département du Rhône
    La Milice française dans le Rhône, un soutien de la police de sécurité allemande
    Les autres soutiens français de la police de sécurité allemande
    Coopération et rivalité entre collaborationnistes

- Chapitre 4. Les auxiliaires français de la police allemande
    L'exemple du département des Ardennes
    Partis, mouvements et organisations de la collaboration
    Les auxiliaires de police
    Typologie des auxiliaires de la police allemande et bilan de l'épuration

- Chapitre 5. La Sipo-SD en Moselle annexée
    Organisation, personnel et stratégies répressives
    Le BdS Anton Dunckern : l'homme lige d'Himmler et d'Heydrich
    Les Einsatzgruppen occidentaux
    Juillet 1940 : L'EG II entre en Moselle
    Statut et évolution de la Sipo-SD en Moselle annexée
    Le personnel de la Sipo-SD pour la Lorraine-Sarre-Palatinat
    Les stratégies répressives et leur évolution

- Chapitre 6. La Sipo-SD dans le Nord-Pas-de-Calais
    Un outil au service de la politique de répression allemande (1940-1944)
    La Sipo-SD dans le ressort du MBB: un pouvoir à réexaminer
    Implantation, personnels et évolution de la Sipo-SD dans le Nord de la France
    Un rapport de subordination constant vis-à-vis de l'autorité militaire

- Chapitre 7. La "Gestapo" en Belgique occupée
    Une comparaison entre les services de la Sipo-SD d Anvers et d Liège
    La Gestapo en Belgique occupée
    La Gestapo à Anvers
    La Gestapo à Liège
    Comparaison et conclusion

- Chapitre 8. La police allemande en Grèce occupée 1941-1944
    La Geheime Feldpolizei (police secrète de la sûreté) : "Gestapo de la Wehrmacht"
    La Feldgendarmerie (police militaire) : "Le Feldgendarm est un gardien de l'ordre, un auxiliaire du commandant et de la troupe"
    La Sicherheitspolizei (police de la sécurité) et le Sicherheitsdienst (service de sûreté) : "A présent Thessalonique va comprendre ce que veut dire SD"
    Les chasseurs alpins : "La police allemande est fière de son régiment 18 de chasseurs alpins !"
    La 4e division SS de panzergrenadiers de la police : "Ceux qui étaient de bonne foi"
    Conclusion : "Nous étions des soldats, nous restons des camarades"

- Chapitre 9. Adolf Eichmann à Jérusalem, 1960-1962
    La Shoah en France devant la justice
    La déportation des Juifs : de l'historiographie ennemie à la version en face-à-face (31 mai 1960-29 décembre 196o)
    La "déportation des Juifs" de France dans le prétoire (avril-septembre 1961)
    La France dans les notes de l'accusé Une dernière leçon d'histoire : la Shoah en France dans "Giitzen" (août-septembre 96 )
    La France en Argentine : quand Eichmann se raconte aux camarades (1957)

Conclusion : Politiques d'occupation et de répression en Europe de l'Ouest
    Au croisement de deux historiographies
    Une histoire enchevêtrée de la répression sous l'occupation (1940-1945)
    La fin de l'histoire

Liens :
- http://www.cnrseditions.fr/histoire/7388-gestapo-polices-allemandes.html
- https://www.amazon.fr/Gestapo-polices-allemandes-Europe-1939-1945/dp/227108…
_________________
Le temps passe. Le souvenir reste.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 26 Mai - 14:59 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Charles
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 3 957
Localisation: France
Masculin 龍 Dragon
Point(s): 4 931
Moyenne de points: 1,25

MessagePosté le: Ven 26 Mai - 15:12 (2017)    Sujet du message: [Étude] Gestapo & polices allemandes Répondre en citant

En complément, on notera la critique réalisée par le site "Cliothèque" à propos de cette production :

Patrice ARNAUD et Fabien THEOFILAKIS (Sous la direction de )
Gestapo et polices allemandes - France, Europe de l’Ouest, 1939 - 1945
CNRS Editions, 2017, 273 p., 25 €

Bertrand Lamon
samedi 29 avril 2017

La Gestapo, de son véritable acronyme Geheime staatsppolizei ou police secrète d’État n’a jamais autant suscité la fascination que dans la production historiographique française. Or cette appétence pour ce sujet est surprenante selon les auteurs car l’historiographie de la Sipo-SD (Sicherheispolizei – Sicherheitsdienst, police de sûreté – service de sécurité) regroupant également la Gestapo et la police criminelle est longtemps restée le parent pauvre des chercheurs et historiens. Il faut attendre les premiers travaux de Serge Klarsfeld [2] puis d’Isaac Lewendel [3] sur la traque des juifs en Provence pour découvrir peu à peu le mécanisme de fonctionnement de la police allemande en France durant l’Occupation, ainsi qu de ses auxiliaires français et du régime de Vichy.

Ce sujet a, en revanche, attiré de nombreux auteurs extérieurs à la corporation des historiens, notamment des journalistes. Le résultat s’est concrétisé par une importante production de qualité très discutable, dont certaines thèses proches de l’extrême droite. Cette prolifération de titres portait principalement sur la Gestapo ainsi que sur l’institution de l’Office central de sécurité du Reich (RHSA, couramment nommé Sipo-SD) dont elle constituait l’une des 7 grandes directions.
Il faut préciser que cette organisation, tant sa réputation que ses méthodes et ses réseaux, avait très fortement marqué les esprits que, même durant la Seconde Guerre mondiale, les policiers allemands eux-mêmes accordaient une importance quasi hégémonique à leur appellation administrative d’origine : Gestapo, Kripo, SD ou Geheime Feldpolizei. Aussi, confronté à la complexité de l’organisation de la police allemande et au manque de travaux scientifiques, la littérature française a préféré, par sensationnalisme parfois, mettre en exergue certaines figures de proue de la collaboration française incarnant la trahison la plus hideuse et la plus répugnante : Henri Laffont et son collègue Bonny ou bien encore François Spiro et Paul Carbone à Marseille dont Alain Delon et Jean-Paul Belmondo interprètent les rôles dans Borsalino. De ce fait, la plupart des agents français demeurent anonymes même si tous n’entrent pas, et de loin, dans la police allemande par hasard. D’autres s’y enrôlent pour échapper au STO, par conviction politique, appât du gain, pour en retirer un salaire, voire par simple attrait du pouvoir. La situation française est par conséquent particulière, essentiellement focalisée sur la problématique de la trahison, alors qu’en Allemagne, la connaissance historique de la police allemande a remarquablement progressé notamment depuis une quinzaine d’années.

Autant l’Occupation et la répression à l’Est, notamment en URSS et en Pologne, sont désormais beaucoup mieux connues, autant celles menées dans les pays de l’Ouest comme en France, très différentes à cause des multiples politiques parfois contradictoires, souffrent de nombreux lieux communs que cet ouvrage devrait permettre de dissiper efficacement.

Le chapitre I s’interroge ainsi sur la nomination d’un haut dirigeant de la police et de la SS en la personne du général Oberg au printemps et la conséquence directe de confier l’action exécutive à la Sipo-SD et non plus à la Geheime Feldpolizei avec la particularité que ce furent les mêmes hommes intégrés avec un grade SS temporaire au sein de la Sipo-SD pour la durée de la guerre ! Peut-on considérer que ce changement d’administration eut une conséquence directe sur les modalités d’action de ces policiers allemands ? S’il est vrai que les accords Bousquet-Oberg de l’été 1942 eurent pour conséquence de renforcer la collaboration des polices allemandes et françaises notamment en ce qui concerne les rafles anti-juives et d’accroître la répression des activités communistes et anti-allemandes, qu’en fut-il de la période antérieure notamment celle des relations entre la préfecture de police de Pais et la Sipo-SD en ce qui concerne les « affaires juives » ?

Si le 1er juin 1942 constitue une rupture nodale dans l’histoire de la répression en France avec celle de novembre 1942 avec occupation complète du territoire, assise-t-on à des ruptures moins visibles mais tout aussi importante ? Ainsi du remplacement, imposé par le RHSA, de 13 des 17 responsables de Kommandantur de la Sipo-SD à l’automne 1943 par des hommes dont la loyauté et la conviction nationale-socialiste étaient éprouvées par la participation aux massacres de masse effectués à l’Est au sein des Einzatsgruppen ? Ce remplacement a-t-il également eu lieu dans d’autres secteurs où la Résistance se faisait plus virulente ?

Dans les territoires occupés de l’Ouest, il faut distinguer plusieurs espaces. Se singularisent tout d’abord les régions que les Allemands considéraient comme peuplées par des ressortissants de sang aryen, parlant ou comprenant l’allemand et qui sont donc appelées, conformément à l’ancien dessein pangermaniste repris par l’idéologie nazie, à rejoindre le Reich : Flandre, Alsace et Moselle progressivement intégrées à l’Altreich. Un second espace est constitué par les régions dont les habitants ne sont pas de sang allemand et dont le pays a été vaincu militairement comme la France. Ici s’exerce une collaboration acceptée par un gouvernement national. On retrouve cette répression dès le début de l’Occupation avec l’exemple du Nord-Pas-de-Calais, dans le chapitre 6 et en Wallonie. Enfin, un troisième espace était constituait par des zones occidentales où l’armée allemande devait faire face à de très fortes résistances armées et qui suscitèrent, en retour, des méthodes répressives expéditives inspirées de la lutte contre les partisans conduite à l’Est : c’est la situation de la Grèce, (chapitre 8.), ou de l’Italie du Nord. Dans ce derniers cas, la collaboration entre les deux polices allemande et l’état croupion de la République de Salo s’appuie sur une longue période d’expériences, d’échanges et de procédés.

Bien entendu, les auteurs de cet ouvrage ont dû passer sous silence certaines problématiques, comme les expériences traumatisantes vécues par les victimes qui ont survécu à leur internement, la continuité, ou pas, de l’activité policière entre l’avant-guerre, la guerre et l’après-guerre.

L’ouvrage, est c’est là toute sa quintessence, ne se focalise pas simplement sur la politique répressive et les hommes qui ont servi dans la police allemande ou leur ont prêté main forte comme les auxiliaires de la Milice française. Ce livre aborde également l’épuration qui les a, ou pas, touchés dans l’après-guerre à travers les tribunaux militaires des pays occupés [4], les cours allemandes ou même le tribunal civil de l’Etat d’Israël pour le procès d’Eichmann. Chapitre 9. Ainsi, ce ne sont pas seulement les actes, mais aussi les discours des membres de la police allemande ou de leurs complices devant leurs juges qui sont ici abordés, étudiés et dont on peut retrouver des liens ténus avec le fonctionnement de la polycratie nationale-socialiste : après les suicides des chefs et la condamnation des principaux responsables à Nuremberg, chacun peut se prévaloir d’avoir exercé une position intermédiaire dans l’Etat nazi, responsable de son propre domaine de responsabilités, mais aussi soumis à des autorités supérieures. L’analyse de cet ouvrage permet à l’historien d’essayer de comprendre la psychologie des acteurs de cette répression de masse et du génocide à l’œuvre dans tous les territoires occupés par le IIIè Reich et dont la police allemande, souvent résumée à un mot – Gestapo – fut la pierre maîtresse.

Par Bertrand Lamon

[1] Malle Louis, Lucien Lacombe, 138 mn.
[2] Klarsfeld Serge,La Shoah en France, 4 volumes, Fayard, 2001, 4674 p.
[3] Lewendel Isaac, Vichy, les nazis et les voyous. La traque des Juifs en Provence, Paris, nouveau Monde, 2013, 443 p.
[4] L’auteur de cette petite chronique confirme largement les conclusions des auteurs de cet ouvrage. LAMON Bertrand, L’épuration sauvage dans les Hautes-Pyrénées, Cairn, 2016,252 p., 25 €


Source : https://clio-cr.clionautes.org/gestapo-et-polices-allemandes-france-europe-…
_________________
Le temps passe. Le souvenir reste.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
CharlesDelifox


En ligne

Inscrit le: 13 Juil 2011
Messages: 72
Localisation: Paris
Masculin
Point(s): 75
Moyenne de points: 1,04

MessagePosté le: Sam 27 Mai - 10:05 (2017)    Sujet du message: [Étude] Gestapo & polices allemandes Répondre en citant

Merci Charles pour cette trouvaille.
A toutes fins, je recherche des éléments sur le SIPO/SD de Toulouse entre nov 43 et août 44 et l’action de la Milice locale à cette date.
Quelqu'un connaîtrait il un livre sur ce sujet, j'ai cherché mais je n'ai rien trouvé... 


Revenir en haut
Philibert


Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2010
Messages: 788
Point(s): 897
Moyenne de points: 1,14

MessagePosté le: Sam 27 Mai - 14:19 (2017)    Sujet du message: [Étude] Gestapo & polices allemandes Répondre en citant

Merci Charles pour ce renseignement, mais où et comment peux t'on se procurer cet ouvrage INDISPENSABLE (je parle pour moi  Laughing
je rappelle que Louis Malle et son scénariste, Patrice Modiano s'étaient donné la peine d'aller interviewer deux anciens pour savoir si Lacombe Lucien du SD pouvait avoir été milicien.


Revenir en haut
Lato
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2009
Messages: 1 108
Point(s): 1 130
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: Sam 27 Mai - 16:00 (2017)    Sujet du message: [Étude] Gestapo & polices allemandes Répondre en citant

Merci Charles pour l'information.

Philibert a écrit:


Merci Charles pour ce renseignement, mais où et comment peux t'on se procurer cet ouvrage INDISPENSABLE (je parle pour moi  Laughing
(...)



L'ouvrage semble disponible ici : http://www.cnrseditions.fr/histoire/7388-gestapo-polices-allemandes.html ou sur tous les grands sites de vente en ligne classiques.
Bonne lecture.
_________________
Le savoir ne vaut que s'il est partagé.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Philibert


Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2010
Messages: 788
Point(s): 897
Moyenne de points: 1,14

MessagePosté le: Dim 28 Mai - 13:22 (2017)    Sujet du message: [Étude] Gestapo & polices allemandes Répondre en citant

Merci Lato, j'viens juste de passer la commande. 

Revenir en haut
Charles
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 3 957
Localisation: France
Masculin 龍 Dragon
Point(s): 4 931
Moyenne de points: 1,25

MessagePosté le: Lun 29 Mai - 12:51 (2017)    Sujet du message: [Étude] Gestapo & polices allemandes Répondre en citant

@ C.D.X. : À propos de la documentation relative à l'action du SIPO/SD de Toulouse, aucun livre n'a été écrit à cet sujet, et, il faudra se rabattre sur les archives allemandes de la Bundesarchiv pour obtenir un début de piste. Pour ce qui concerne la Milice de Toulouse, le travail reste à faire.

@ Philibert et Lato : Si les élèves avaient été plus attentifs, ils auraient vu que les liens d'obtentions étaient intégrés au message de présentation (réf : liens). Wink
_________________
Le temps passe. Le souvenir reste.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Philibert


Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2010
Messages: 788
Point(s): 897
Moyenne de points: 1,14

MessagePosté le: Lun 29 Mai - 13:02 (2017)    Sujet du message: [Étude] Gestapo & polices allemandes Répondre en citant

Commandé hier, j'ai reçu le livre à midi. Il ne me reste plus qu'à le lire. 

Revenir en haut
Charles
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 3 957
Localisation: France
Masculin 龍 Dragon
Point(s): 4 931
Moyenne de points: 1,25

MessagePosté le: Lun 29 Mai - 13:06 (2017)    Sujet du message: [Étude] Gestapo & polices allemandes Répondre en citant

Philibert a écrit:
Commandé hier, j'ai reçu le livre à midi. Il ne me reste plus qu'à le lire. 

C'est du service express, ma parole ! Pas comme à Paris...

Hâte de lire la critique de notre Philibert national sur les éléments qui nous intéressent.
_________________
Le temps passe. Le souvenir reste.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
CharlesDelifox


En ligne

Inscrit le: 13 Juil 2011
Messages: 72
Localisation: Paris
Masculin
Point(s): 75
Moyenne de points: 1,04

MessagePosté le: Lun 29 Mai - 13:13 (2017)    Sujet du message: [Étude] Gestapo & polices allemandes Répondre en citant

Merci Charles pour cette réponse, j'avais cherché également de mon côté mais sans rien trouver...

Revenir en haut
Nibel


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juil 2010
Messages: 31
Masculin
Point(s): 32
Moyenne de points: 1,03

MessagePosté le: Lun 29 Mai - 19:59 (2017)    Sujet du message: [Étude] Gestapo & polices allemandes Répondre en citant

il est à la FNAC des Halles depuis au moins plusieurs semaines (il en reste quelques uns apparemment)

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:46 (2017)    Sujet du message: [Étude] Gestapo & polices allemandes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    HISTORIKA Index du Forum -> Chapitres et extraits sur les volontaires Français -> Sur la Milice, NSKK, OT, Kriegsmarine... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.comDesign by SkaidonDesigns | Distributed by Olate