HISTORIKA
forum en partenariat avec division-charlemagne.net
 
 FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   S’enregistrer 
 Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 



  
     
En coopération avec DIVISION-CHARLEMAGNE.NET       
     Site historique sur les volontaires français de la Waffen-SS 
[Biographie] Sombres bourreaux
Aller à la page: <  1, 2
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    HISTORIKA Index du Forum -> Les volontaires de la L.V.F. -> Chapitres et extraits
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Eugène


Hors ligne

Inscrit le: 14 Fév 2010
Messages: 248
Localisation: Midi Pyrénnées
Masculin Poissons (20fev-20mar)
Point(s): 252
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: Dim 20 Nov - 11:06 (2011)    Sujet du message: [Biographie] Sombres bourreaux Répondre en citant

Très intéressante interview,merci Charles.Un achat de plus à prévoir!
_________________
L'envie de toujours apprendre.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 20 Nov - 11:06 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lato
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2009
Messages: 1 121
Point(s): 1 145
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: Lun 21 Nov - 09:27 (2011)    Sujet du message: [Biographie] Sombres bourreaux Répondre en citant

Je recommande également l'achat du livre. Merci à Philibert et Charles pour leurs compléments d'information.
_________________
Le savoir ne vaut que s'il est partagé.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Eugène


Hors ligne

Inscrit le: 14 Fév 2010
Messages: 248
Localisation: Midi Pyrénnées
Masculin Poissons (20fev-20mar)
Point(s): 252
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: Dim 11 Déc - 13:59 (2011)    Sujet du message: [Biographie] Sombres bourreaux Répondre en citant

Très instructif ce livre, personnellement je n'imaginais même pas que ce type de parcours eut été possible. 
_________________
L'envie de toujours apprendre.


Revenir en haut
Charles
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 4 182
Localisation: France
Masculin 龍 Dragon
Point(s): 5 388
Moyenne de points: 1,29

MessagePosté le: Sam 25 Fév - 23:18 (2012)    Sujet du message: [Biographie] Sombres bourreaux Répondre en citant

Après la signalisation dans la même lettre du hors-série d'Uniformes Mag, voici que nous pouvons constater la présence de l'ouvrage de Serge Bilé :



Pour rappel, il s'agit du Faits & Documents du 15 Décembre 2011.
_________________
Le temps passe. Le souvenir reste.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Charles
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 4 182
Localisation: France
Masculin 龍 Dragon
Point(s): 5 388
Moyenne de points: 1,29

MessagePosté le: Mer 8 Mar - 16:06 (2017)    Sujet du message: [Biographie] Sombres bourreaux Répondre en citant

À lire également, l'entretien que l'auteur avait accordé au site "Jeune Afrique" dans le cadre de la sortie de "Sombres bourreaux" :

« Sombres bourreaux » : Serge Bilé révèle l’histoire des Noirs collaborationnistes

Écrit par Malika Groga-Bada

Serge Bilé ne s’en cache pas : ce qui le passionne, c’est l’histoire des Noirs. Il aime la déterrer, l’explorer, la décrypter…. Après "Noirs dans les camps nazis", le journaliste franco-ivoirien s’est attaqué à l’autre face de la pièce : celle des Noirs collaborationnistes. Ainsi est né "Sombres bourreaux". Interview.

Intitulé "Sombres bourreaux" et paru aux éditions Pascal Galodé, le nouvel ouvrage de Serge Bilé retrace le chemin tortueux emprunté par des Africains, Antillais, Guadeloupéens, Réunionnais, Surinamiens et autres, aux côtés des Allemands pendant la seconde guerre mondiale. Des recherches longues sur des personnages dont les archives ont gardé peu de traces.

Jeuneafrique.com : Comment vous est venue l’idée de ce livre ?

Serge Bilé : C’est en travaillant sur Noirs dans les camps nazis que j’ai découvert les premières allusions à des Noirs qui travaillaient aux côtés des Allemands. Les éléments que j’avais n’étaient pas assez consistants, alors je les ai mis de côté. Ensuite, je suis tombé sur un film de Louis Malle, Lacombe, Lucien dans lequel on voyait apparaître un Noir qui torturait pour la Gestapo. Et bien après, en lisant un livre d’entretien avec Louis Malle, je découvre qu’il y évoque deux Martiniquais qui torturaient pour la Gestapo à Bordeaux. Inutile de dire que ça m’a interpellé, puisque je vis à la Martinique. C’est à partir de ce moment que j’ai intensifié mes recherches.

Combien d’années de recherches cela représente-t-il ?

J’ai commencé en 2004 et ça a été très long, tout simplement parce que je faisais fausse route. Je m’en étais tenu à ce que disais Louis Malle, alors que les deux tortionnaires étaient Réunionnais et non Martiniquais. C’est ainsi que peu à peu, en remontant par les noms et non par les couleurs, j’ai fini par retrouver la piste du père et du fils Hoarau, mais aussi d’un homme du même nom, lui aussi Réunionnais et patron de la milice à Montpellier. Il a supervisé des séances de tortures de résistants. C’est à cette époque que je « rencontre » Norbert Désirée [le personnage qui sert de fil conducteur au livre, NDLR], à travers une photo dans un vieux livre français. Il y avait juste son nom, et la mention de son origine, Guadeloupéenne.

Pourquoi cette partie de l’histoire n’a-t-elle jamais été révélée ?

Il y a plusieurs raison. La première, c’est que les Noirs laissent très peu de traces écrites de leurs aventures. Ensuite, j’ai déjà fait cette réponse ailleurs : l’histoire du lion est toujours faite par le chasseur. Elle aurait été très différente si elle était écrite par le lion lui-même. Pour dire que c’est aux acteurs de s’approprier leur histoire et de la raconter, qu’elle soit glorieuse ou pas. En France, vous trouvez plein de livres sur De Gaulle, sur le combat des résistants, parce que les acteurs ont tenu à raconter cette part d’histoire. Mais celle des autres ne les concerne pas. C’est à nous de nous y intéresser, de nous en emparer, de creuser, fouiller, pour la révéler au grand jour.

Comment remonter le fil lorsqu’il n’existe presque aucune archive ?

On relit tout ce qui a déjà été écrit sur la Seconde guerre mondiale. Sur les combattants en Russie, en Allemagne et ici et là, on retrouve des bribes d’informations. Ensuite on s’intéresse aux états civils, casiers judiciaires… C’est comme ça que j’ai pu retracer l’itinéraire de Norbert Désirée, depuis la Guadeloupe, jusqu’à son arrivée en Métropole, sa volonté d’aller combattre avec l’Armée en Russie ou son souhait de rentrer dans les Waffen SS… Tout ça m’a passionné et, naturellement, une fois qu’on a commencé à travailler, on déroule la pelote et on retrouve des choses en Allemagne, en Italie, aux États-Unis, des choses qui m’ont stupéfié à chaque fois.

Les Nazis n’étaient pas des plus tolérants avec les personnes de couleur. Comment expliquez-vous que des Noirs aient eu quand même envie de combattre à leur côté ?

Je n’ai pas une explication, mais plusieurs. Dans le quotidien, dans la réalité de ces gens-là – et on le voit bien à travers les témoignages des uns et des autres – il n’y avait pas de vrai différence entre le nazisme et le colonialisme, qui avait fait beaucoup de dégâts dans leurs pays. Il y en avait pour qui il s’agissait juste de sauver sa peau, dans une France où de toutes les façons ils n’avaient pas leur place. Et puis il y en avait d’autres qui, parce qu’ils sont dans l’Humanité avec ce que cela sous-tend de bon et de mauvais, voulaient assouvir la part sombre de leur être. Il y a plein de facteurs qui entrent en ligne de compte et c’est pour ça que le rôle du journaliste c’est de dire, voilà ce qui s’est passé à une époque, et à chacun de voir ce qu’il a envie de voir.

Propos recueillis par Malika Groga-Bada


Source : JeuneAfrique.com
_________________
Le temps passe. Le souvenir reste.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
fvcgd


Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2009
Messages: 242
Localisation: centre
Masculin
Point(s): 244
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Mer 8 Mar - 18:40 (2017)    Sujet du message: [Biographie] Sombres bourreaux Répondre en citant

Sujet étonnant s'il en est, ils durent être rares.

Mon père qui était parti travailler volontaire en Allemagne, dans son usine auto-union ( Audi..), s'était lié d'amitié avec plusieurs ouvriers qui avaient fait la campagne de France.
Ceux-ci disaient : nous avons vu des "noirs zoms "; ils étaient stupéfaits et dans une réprobation totale.

Je suis certain d'avoir lu le sort funeste des troupes coloniales en 1940, ainsi la division TTK fusilla plusieurs centaines de sénégalais dans les environs de Lyon.

Et l'un de mes patients, ancien sous-officier dans les troupes coloniales, me rapporta l'extrême dureté dont furent victimes ses tirailleurs faits prisonniers dans la région de Besançon.
Lui même fut dirigé dans un stalag près de Berlin. Je lui demandais " vous avez vu vos sénégalais dans le camp de prisonniers ? ",il me regarda ahuri "je n'y avais pas pensé ,non je n'en ai pas vu".

Il est certain qu'aucun noir (ou ?) n'a été envoyé travailler dans les fermes ou les usines allemandes.

Un vous aurait-il quelques connaissances dans le sort des prisonniers noirs ?

Lors du débarquement de 1944, aucun noir ne fût engagé comme combattant ,mais ils servaient dans la logistique.
En effet, la communauté d'origine germanique était importante et influente dans les USA de cette époque.
Certains furent néanmoins capturés et exécutés sur place, ils ne partirent pas pour l'Allemagne.

Connaissez vous des ouvrages ou documents sur le sujet ?

Le mag 39-45 a publié un travail sur le sujet ( je vais essayer de le localiser..).

Les nord Africains eurent un tout autre sort.
Le sujet a déjà été évoqué sur le forum avec la brigade " SS mohamed " de triste réputation.
Nombreux furent embauchés par l'organisation Todt, tous ne connurent pas la mansuétude des vainqueurs.

En 1940, les coloniaux s'affrontèrent à La Bassée (près de Lille ..) à la division TTK.

Témoignage familial :
" L'armée Française était en pleine déroute , les camions bâchés , faute de carburant étaient abandonnés sur la route , mais des coloniaux (tirailleurs marocains..) refusèrent de battre en retraite .certains étaient assis en tailleurs sur les toits bâchés des véhicules . les grenadiers de la TTK survinrent ; il n'y eut pas de prisonniers.

Les ponts de Tours étaient défendus par, là aussi, des tirailleurs marocains, leurs officiers décidèrent de combattre. Les Allemands bloqués installèrent à St Cyr sur Loire des canons de 88 et firent feu sur la ville.
A l'époque les quais de Loire étaient le quartier juif commerçant des tissus ; le nord de la ville s'embrasa. Le bombardement fit quant à lui disparaître ce qui n'avait pas brûlé, et les autorités Françaises sommèrent les coloniaux d'abandonner la ville.
Certaines unités se dirigèrent vers Saumur prêter main forte aux Cadets de l'Ecole de Cavalerie qui tenaient les ponts. Les défenseurs durent là aussi battre en retraite. Plusieurs centaines de coloniaux faits prisonniers furent exécutés dans les bois situés à proximité de la ville."


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:26 (2018)    Sujet du message: [Biographie] Sombres bourreaux

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    HISTORIKA Index du Forum -> Les volontaires de la L.V.F. -> Chapitres et extraits Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.comDesign by SkaidonDesigns | Distributed by Olate