HISTORIKA
forum en partenariat avec division-charlemagne.net
 
 FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   S’enregistrer 
 Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 



  
     
En coopération avec DIVISION-CHARLEMAGNE.NET       
     Site historique sur les volontaires français de la Waffen-SS 
Ces Chablaisiens qui ont fait le choix de rejoindre les rangs de la Milice

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    HISTORIKA Index du Forum -> Journaux - Actualités -> Actualités numériques
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Charles
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2009
Messages: 4 142
Localisation: France
Masculin 龍 Dragon
Point(s): 5 293
Moyenne de points: 1,28

MessagePosté le: Mer 28 Fév - 16:24 (2018)    Sujet du message: Ces Chablaisiens qui ont fait le choix de rejoindre les rangs de la Milice Répondre en citant

Ces Chablaisiens qui ont fait le choix de rejoindre les rangs de la Milice
(Le Messager du Chablais du 07 Octobre 2010)




Auteur : Yvan Strelzyk
Pages : ?
Édition : ?
Collection : Le Messager
Parution : 07 Octobre 2010

L'article :

Le Chablais, terre de résistants... et de miliciens. Cette guerre fratricide a tant marqué les esprits qu'aujourd'hui encore, les témoignages restent difficiles.

Alors que doit être prochainement publié un ouvrage évoquant l'exécution de soixante-seize miliciens au Grand-Bornand le 24 août 1944 pour dénoncer « une justice parodique » (lire ci-dessous), il apparaît que, plus de sept décennies après, les plaies ne sont pas toutes refermées, loin de là.
Dans le Chablais, les exactions perpétrées par la Milice sont toujours présentes dans les esprits. De fait, comment ceux qui ont eu à connaître, de près ou de loin, la sinistre Grange Allard (poste de commandement de la Milice à Allinges), les geôles et les tortionnaires du lycée hôtelier de Thonon, l'assaut contre le chalet de Foges, les exécutions, les arrestations, les violences... pourraient-ils accorder leur pardon ? Mais la question peut se poser aussi pour ceux dont les parents ou les proches ont fait le choix de rejoindre les rangs des miliciens car le Chablais en a compté lui aussi. Au Grand-Bornand, sur les 97 hommes présentés devant la cour martiale, 34 étaient chablaisiens.
« Je connais bien plusieurs enfants et petits-enfants de miliciens d'ici, explique un ancien résistant. L'un d'eux a voulu tout faire pour réparer les fautes de son père. Une autre m'a dit : "Mon grand-père était milicien, il a reçu douze balles dans la peau, et c'est tout ce qu'il méritait." D'autres n'en parlent pas. Et puis il y en a encore quelques-uns qui sont prêts à sortir le fusil pour se venger... »

Les raisons de l'engagement

Les années ont passé, et selon le curé du Grand-Bornand qui célèbre chaque année une messe pour la mémoire des fusillés, « toute personne a droit au pardon, même si elle a fait des choses mal ». Il développe : « Ces jeunes qui s'étaient enrôlés dans la Milice n'ont pas forcément réalisé ce qu'ils faisaient, ils n'ont pas forcément pris conscience des statuts et notamment de leur caractère antisémite. » Pourquoi se sont-ils engagés dans la Milice ? En réaction aux « solides bastions » du communisme dans le Chablais, comme le laisse entendre l'historien annécien Michel Germain (*) ? Quoi qu'il en soit, les dernières lettres des fusillés du Grand-Bornand laissent apparaître une profonde piété. Parmi eux, un agriculteur du Chablais écrit ainsi : « C'est pour Dieu, c'est pour la France, on se retrouvera tous au Paradis. »

Témoignages : « Encore trop de haine »

Le petit-cousin d'un de ces miliciens chablaisiens exécutés au Grand-Bornand confirme : « Dans le village, soit on suivait le curé, soit on était communiste : impossible d'être au milieu. » Il raconte ainsi que son parent a « été enrôlé par le curé pour servir dans la Milice ».
Du côté maternel, il compte également un oncle milicien, lui aussi exécuté (encore que dans d'autres circonstances) : « Il vivait dans le village d'à côté : un peu en rébellion contre le milieu familial, il a rejoint la Milice pour voir du pays plus que par conviction. Un an après, les résistants sont arrivés à la maison et ont demandé à son frère cadet s'il était avec eux ou contre eux. Il n'a pas eu le choix, il est devenu résistant. » Un frère dans chaque camp : une situation qui illustre bien la complexité d'un temps de troubles, sur lequel il serait trop facile d'émettre des jugements hâtifs. « D'autant qu'on n'en parle pas dans les familles : pour tous ceux qui l'ont vécu, cela reste complètement tabou , constate ce descendant. Un peu comme pour la guerre d'Algérie... » « Il y a encore trop de haine, estime le frère d'un de ces Chablaisiens exécutés au Grand-Bornand. Ce n'est pas encore assez mûr. » Dans une autre commune, une soeur de fusillé avoue : « Ça a beaucoup nui à ma famille », mais explique avec amertume la raison de son silence : « Les gens n'en parlent pas, et de toute façon ce qui est raconté est faux. Moi-même j'étais trop jeune, et mes souvenirs ne seraient peut-être pas exacts ; or ce dont on a besoin, c'est de vérité. Mais même aujourd'hui on ne voudrait pas l'entendre... »

YVAN STRELZYK

(*) Michel Germain : "Histoire de la Milice et des forces du maintien de l'ordre en Haute-Savoie 1940-1945 - Guerre civile en Haute-Savoie".


Source : http://www.lemessager.fr/Actualite/Chablais/2010/10/12/article_ces_chablais…
_________________
Le temps passe. Le souvenir reste.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 28 Fév - 16:24 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    HISTORIKA Index du Forum -> Journaux - Actualités -> Actualités numériques Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.comDesign by SkaidonDesigns | Distributed by Olate